Fevrier 2021

Toon Haverals

Energie et Détermination

En tant qu'ingénieur-architecte, Toon a toujours cherché à avoir un impact tout au long de sa carrière.
En tant que CEO de LIFE, cela le motive chaque jour, à placer la barre très haut pour lui-même et pour les autres.

Quelle est ta fonction actuelle ?

Il y a trois ans, je suis devenu CEO de l’ensemble du groupe LIFE : Pays-Bas, Espagne, Cap-Vert et Belgique. Entre-temps, nous avons procédé à une réorganisation assez importante de LIFE au cours des dernières années. La stratégie initiale, qui consistait à avoir tous les pays sous une seule direction, a évolué vers une structure avec des sociétés distinctes pour chaque pays. Cela permet d’éviter une grande arborescence et donne aux responsables de chaque pays la possibilité de devenir partenaires.

Je suis donc aujourd’hui CEO et partner de LIFE.be.

Quel est l’impact de cette nouvelle structure sur l’organisation de LIFE ?

Nous avons maintenant des lignes de communication beaucoup plus courtes, ce qui nous permet d’être plus proches du reste de l’équipe et des projets. Ce que je trouve personnellement très important.

Nous avons travaillé très dur sur l’ADN de LIFE.

Il est essentiel que moi et, par extension toute l’équipe, nous nous engagions à 100% dans ce projet. Il s’agissait d’un travail collectif auquel tous les employés ont également été invités à participer. Après 3 ans de réorganisation, c’est génial de pouvoir enfin atterrir et travailler dans une organisation lean & mean’ et de continuer à construire LIFE.be.

Tu es ingénieur-architecte, pourquoi as-tu choisi cette formation ?

Pour moi, ingénieur-architecte était la combinaison idéale entre technique et créatif. Par extension, je pense que mon équilibre personnel entre émotion et raison est probablement la raison pour laquelle je suis arrivé là où je suis aujourd’hui.

Comment as-tu commencé ta carrière ?

En tant qu’ingénieur-architecte diplômé, je voulais acquérir le plus d’expériences différentes possibles. Je voyais cela comme un prolongement de mes études. J’ai travaillé dans trois bureaux différents. J’ai d’abord travaillé pour le cabinet d’ingénierie ESSA pour l’aspect technique, puis pour un petit cabinet d’architectes Guerrilla Office Architects travaillant sur des projets résidentiels, et enfin pour le cabinet d’architectes Osar pour travailler sur des projets à grande échelle.

Tu fais toujours de l’architecture ? 

Je réalise depuis longtemps des projets d’architecture pour mon compte. J’ai récemment démoli la maison de mes parents et j’en ai conçu une nouvelle pour eux. C’est formidable de pouvoir leur rendre quelque chose.

Comment parviens-tu à combiner tout cela ?

Je travaille effectivement beaucoup mais comme je n’ai pas l’impression de travailler, cela me donne de l’énergie (sourire).

Tout ce que je fais, je le fais avec passion.

Je suis donc concentré à 100% quand il le faut. Je sais également facilement passer en mode détente, vacances ou sommeil, donc je peux aussi recharger rapidement mes batteries. C’est la seule façon de faire ce que je fais. Sinon, cela ne serait pas possible.

Pourquoi es-tu passé en immobilier ?

L’architecture était pour moi un peu trop restrictive.

Ce n’est qu’une approche dans le monde de la construction, alors qu’il y a beaucoup d’autres aspects. Si vous allez travailler pour un promoteur de projet, vous entrez en contact avec tous les aspects de l’immobilier et vous avez potentiellement un impact beaucoup plus large sur l’environnement bâti et la vie en général.

Comment as-tu évolué au cours de ta carrière pour arriver là où tu en es aujourd’hui ?

Chez Extensa, j’ai commencé avec l’idée de vouloir faire les choses différemment.

Je voulais vraiment m’assurer que tous les utilisateurs ou acheteurs finaux soient satisfaits.  Je m’engage donc pleinement en faveur d’une approche plus éthique, dans laquelle l’éventuel “conflit d’intérêts” qui pourrait survenir entre l’utilisateur final et le monde de l’immobilier n’a pas lieu d’être… L’approche « LIFE » du coût du cycle de la vie est selon moi la seule manière correcte de prendre des décisions d’investissement, où un équilibre correct est recherché entre CAPEX et OPEX afin que nous ayons un impact positif sur la qualité de vie de l’utilisateur final.

Comment gérer l’image qui prévaut dans le domaine de l’immobilier ? 

En tant que développeurs, soit nous pouvons nous plaindre que tout le monde est contre nous, soit nous pouvons nous demander pourquoi nous sommes tant critiqués. Je choisis la deuxième option. N’oublions pas que nous sommes en grande partie responsable de la façon dont nous sommes traités. Si vous êtes raisonnable, par exemple envers les conseils municipaux, mais aussi envers les entrepreneurs ou les architectes, ils seront également raisonnable avec vous.

Pour moi, les relations à long terme sont la base d’une entreprise durable. En outre, j’essaie de réfléchir de manière critique à la manière dont les projets immobiliers sont mis en œuvre. Construire des collaborations d’équipe dans lesquelles la répartition des tâches entre les architectes et les entrepreneurs est ajustée d’une part, mais dans lesquelles chaque partie est déployée de manière optimale dans sa qualité maximale, est pour moi l’avenir de la construction. Bien entendu, le rôle du maître d’ouvrage est ici crucial pour garantir la défense des intérêts de toutes les parties et pour éviter que l’entrepreneur ne prenne le dessus au détriment de l’architecte et de la qualité architecturale en général.

En tant que promoteur, est-il important d’être architecte ? 

Ce n’est pas une obligation, mais cela peut être un atout important.

Chez LIFE, nous avons une équipe d’environ six développeurs/gestionnaires de projets qui suivent les aspects techniques des projets mais également d’autres aspects. Une combinaison saine de généralistes et de spécialistes, de préférence avec des formations et des expériences différentes, afin qu’un partage maximal des connaissances puisse avoir lieu.

C’est pourquoi je suis très satisfait de la nouvelle structure d’organisation horizontale. Avant, j’étais au sommet de l’arborescence et je ne pouvais plus me concentrer sur les projets eux-mêmes, ce qui est encore en partie ma valeur ajoutée.

Comment arrive t-on à une entreprise en croissance ?

Je pense qu’en tant que CEO, vous devez prendre le temps de définir un cadre clair pour vos employés. Si les processus sont les mêmes pour chaque projet, les employés peuvent travailler de manière plus autonome et plus libre. Un cadre clair est crucial, y compris pour le sommeil.

Nous avons passé beaucoup de temps à élaborer des processus et des modèles pour le suivi des projets. L’épine dorsale de l’entreprise, ce sont les personnes, d’une part, et les processus, d’autre part. L’informatique n’est bien sûr pas un but en soi, mais elle est essentielle pour soutenir le suivi de chaque projet. Si vous conservez le suivi dans un Excel, il est souvent très peu clair et une personne qui ne travaille pas sur le projet peut difficilement trouver des informations pertinentes. D’autre part, si les projets sont structurés de la même manière, un employé peut rapidement trouver des informations utiles pour apprendre et améliorer ses projets en cours.

Quels sont les moments clés de ta carrière ? 

Le Master en Immobilier d’une part, et d’autre part mon passage chez Home Invest Belgium (HIB).

C’est là que je suis entré pour la première fois dans le management exécutif. J’ai dû développer mon propre portefeuille et aussi constituer mon équipe. A 30 ans, c’était dur.

Un autre moment clé a été la rencontre avec Serge Hannecart. Mon travail n’était pas encore terminé chez HIB. C’était donc plus un choix émotionnel de passer chez LIFE.

As-tu connu des revers au cours de ta carrière ?  

Je me suis toujours accroché mais je ne pense pas avoir rencontré de revers majeurs.

J’ai peut-être eu des revers, mais dans toute ma positivité, je ne les ai pas vus (rires). Je n’en ai pas qui me viennent comme ça en tout cas. Je pense aussi que j’ai de la chance dans la vie en général, ce qui me donne une certaine humilité pour l’avenir… Je crois au karma, donc puisque nous ne pouvons pas le contrôler, il vaut mieux bien faire les choses…

Comment concilier travail et vie privée ?

Ces dernières années, j’ai fait beaucoup d’efforts pour arriver là où je voulais être avant de fonder une famille, tant sur le plan professionnel que financier.

Je me suis donné beaucoup de mal pour cela. Si j’ai un enfant maintenant, je sais que je n’aurai pas à lui refuser quoi que ce soit. Et pendant ce temps, en lisant cet interview, je suis devenu père… Je suis fier de présenter Scottie au monde entier ! :-). Si tout va bien, je devrais maintenant pouvoir tout mettre en perspective, l’avenir s’annonce donc radieux.

Comment vois-tu l’évolution du secteur immobilier ?  

Je crois fermement à la diversité de la société : il y a des gens qui considèrent leur mode de vie comme la seule vérité et qui la reflètent sur les autres. Je ne veux pas faire cela. Chacun a sa propre vie.

Cette diversité et ces différences d’identité sont essentielles pour moi et constituent une source d’inspiration importante. Nous ne devons pas tous vivre de la même manière, chacun doit pouvoir exprimer sa propre identité dans son milieu de vie. C’est là que vous pouvez faire la différence.

Avec les dortoirs d’étudiants, par exemple. Je crois au fait que nous devons créer de nombreuses typologies différentes en matière de logement étudiant, car la période étudiante est une période importante de formation et d’évolution. Certains étudiants ont besoin de beaucoup de contacts sociaux, d’autres beaucoup moins. Un étudiant est bon dans un groupe de six, un autre dans un groupe de trente.

En outre, la diversité et l’inclusion sont très importantes, par exemple, comment les étudiants peuvent-ils vivre ensemble avec des personnes plus âgées ? Pour moi, la durabilité n’est pas seulement une question d’épaisseur d’isolation d’un mur, mais une question de comment vous pouvez vivre ensemble et comment nous pouvons aider à construire une société durable. Comment faire en sorte que le système reste abordable et qu’aucune personne ne soit exclue, que les gens vivent ensemble de manière durable ? Il faut penser beaucoup plus largement.

L’accessibilité financière combinée à la flexibilité est une chose qui me préoccupe. Pour le projet Horizon chez HIB, nous avons anticipé ce besoin variable de logement et le fait que vous ne voulez pas toujours avoir cette chambre supplémentaire vide. Je poursuis maintenant cette démarche dans le cadre de LIFE, où notre projet de coexistence ARC à Liège, qui s’achèvera dans quelques mois, constitue une nouvelle étape !

Quel genre de CEO es-tu ?  

Super critique. Probablement une bonne qualité, mais pas toujours facile pour moi et pour les personnes avec lesquelles je travaille. Cependant, je suis fermement convaincu que nous en tirerons le meilleur parti si nous partageons tous une attitude critique.

As-tu une idée précise de la direction vers laquelle tu veux évoluer ? 

Cela peut sembler un peu bizarre, mais je n’ai jamais réfléchi à la prochaine étape de ma carrière. Je n’ai jamais aspiré à une fonction spécifique comme celle de « Head Of » ou de CEO. Les différentes opportunités se sont présentées à moi et non l’inverse.

J’ai chaque fois aimé ce que je faisais. En ne poursuivant pas consciemment quelque chose, les opportunités viennent à votre rencontre. Les gens demandent et veulent toutes sortes de choses, mais cela viendra, chaque chose en son temps.

Je n’ai jamais aspiré à être CEO. Je n’aurais jamais pu imaginer que ma signature serait aussi importante. Si j’avais su cela, j’aurais choisi une signature plus facile à faire (rires).

De quoi es-tu le plus fier dans ta carrière ?  

Je pense que le fait que mon père soit très fier de moi. Je voulais faire mes preuves. Et j’ai réussi, c’est presque embarrassant (rires).

J’éprouve de la satisfaction pour les gens qui sont heureux dans les bâtiments que nous avons développés. J’aimerais avoir un impact positif sur le monde, laisser un monde meilleur que celui que nous avons reçu. Et faire en sorte que l’équipe puisse se surpasser.

Quels conseils donnerais-tu à un architecte qui souhaite devenir CEO d’une société immobilière ?  

Tout d’abord : ne cherchez pas à devenir CEO, essayez de faire ce qui vous plaît. Surtout, soyez ouvert pour comprendre ce qui motive les autres et laissez tomber vos préjugés. Aussi belle que puisse être la profession d’architecte, croyez-moi, la vie dans le développement de projets est aussi très agréable.

Entretien mené par Archibald
Remerciements à Toon Haverals & LIFE

En soumettant ce formulaire, j'accepte qu'Archibald puisse me contacter et j'accepte la politique de confidentialité d'Archibald.